Le moral du cheval est la source d'o mane sa pr disposition nous livrer ses forces
ou, au contraire, les retenir. 
   G n ral Alexis L'HOTTE (1825-1904) - cuyer en chef du Cadre noir de Saumur (1864-70)

Pr sentation
Je vous propose...
Principes universels

De Xenophon nos jours, il y a toujours eu des principes fondamentaux qui ont fait leurs preuves. Ils ont été revus, am lior s, expliqu s. POURQUOI S'EN PASSER ?

La nature a ses lois, les principes leurs r gles, et l'homme ses pr jug s. Fran ois BAUCHER (1796-1873) - cuyer

Infos pratiques
Recherche



O suis-je ?
Nous contacter
Contacter EQUIT@HOME Contacter EQUIT@HOME
Contacter le webmestre Contacter le webmestre
Flashez sur moi !

QR code

Le site sur portable

EQUIT@HOME sur votre t  l  phone portable

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

News/RF_60.jpgCode du sport - Lutte contre le dopage


Bookmark and Share
Navigation parmi les articles du dossier "L gislation"

Lutte contre le dopage

Nombre d'affaires font r guli rement les unes des journaux dans des sports tels que le cyclisme et l'athl tisme, alors que celles qui touchent le n tre ne sont pas connus du grand public. N'aurions-nous pas, nous aussi nos brebis galeuses ? Si. Seraient-elles moins fautives que les autres ? NON. Je dirais même qu'elles le seraient plus ! En effet, se doper, même l'insu de son plein gr , est déjà malhonn te et dangereux, mais faire supporter ce traitement un animal qui n'a rien demand personne est proprement ignoble. Tout a pour briller, pour se faire valoir, pour sauver sa saison, pour garder ses sponsors, pour de l'argent ? Pourquoi ces gens-l ne sont-ils pas interdits vie de tous rapports avec l'équitation sous quelque forme que ce soit ? Et quand ce n'est pas pour ces raisons mais pour faire concourir des clients ou de la famille, petits et grands, n'est-ce pas encore plus malhonn te ? Car, en plus, il y a tromperie, escroquerie !
Pour se doper ou doper un cheval, il ne faut déjà pas avoir une grande id e de l'honneur et de l'esprit sportif et on pourrait dire que l'on ne trompe que ses adversaires et les officiels mais le faire dans un but mercantile est d'autant plus vil. C'est tromper ses clients, ses l ves, la Société qui croient dans les valeurs v hicul es par le sport, par notre sport. Et c'est mettre en danger la vie d'autrui.

Les autorit s publiques et f d rales, nationales et internationales, sont bien consciente du danger mais ont-elles tous les moyens de lutter et de punir ? Ce n'est pas certain. Il faudrait galement que l'arsenal de sanctions soit beaucoup plus dissuasif. Et l c'est peut- tre la volont qui manque...

A l'instar de la FFE sur son site tonnamment uniquement sur la page Club SIF, croire qu'il n'y aurait pas de risque de dopage ou de maltraitance dans les niveaux sup rieurs...  je porte votre connaissance deux textes constituant les listes des produits et proc d s interdits :

Pour le dopage humain, il s'agit du D cret n 2010-1578 du 16 décembre 2010 portant publication de l'amendement l'annexe de la convention contre le dopage, adopt les 8 et 9 novembre 2009 Strasbourg, et l'annexe 1 de la convention internationale contre le dopage dans le sport, adopt Paris le 17 novembre 2010, paru au Journal officiel de la R publique fran aise n 0293 le 18 décembre 2010.

Concernant le dopage animal, voici le texte paru au Journal officiel de la R publique fran aise le 24 ao t 2011. La liste des produits interdits est dans son annexe que vous pouvez consulter sur le site legifrance.gouv.fr :
https://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JORFTEXT000024493485

D crets, arrétés, circulaires

TEXTES G N RAUX

MINIST RE DES SPORTS

Arrété du 2 mai 2011 relatif aux substances et aux proc d s mentionn s l article L. 241-2 du code du sport
NOR : SPOV1120563A

Le ministre du travail, de l emploi et de la sant , le ministre de l agriculture, de l alimentation, de la p che, de la ruralit et de l am nagement du territoire, la ministre des sports et la secr taire d état aupr s du ministre du travail, de l emploi et de la sant , charg e de la sant ,

Vu l article L. 241-2 du code du sport ;
Vu l avis de l Agence fran aise de lutte contre le dopage,

Arr tent :

Art. 1er. − Les substances, leurs m tabolites, quelles qu en soient les formes st r o-isom res, vis s l article L. 241-2 du code du sport, qu ils soient ou non inclus dans un m dicament ou toute autre pr paration, sont regroup s par classes pharmacologiques en annexe au pr sent arrété.

Art. 2. − Sont des proc d s de nature modifier les capacit s des animaux participant des comp titions et manifestations sportives :
Le dopage sanguin, d fini comme l administration de sang ou de produits du sang ou de produits susceptibles d augmenter ou de stimuler la production de globules rouges ;
La n vrectomie, d finie comme la section des nerfs des membres des animaux ;
L usage d appareillages infligeant des stimuli lectriques ou thermiques aux animaux ;
L usage des proc d s dits de barrage .


Art. 3. − L arrété du 21 novembre 1996 relatif aux substances et aux proc d s mentionn s l article 1er, paragraphe II, de la loi n 89-432 du 28 juin 1989 relatives la pr vention et la r pression de l usage de produits dopants l occasion des comp titions et manifestations sportives est abrog .

Art. 4. − Le directeur g n ral de la sant , la directrice g n rale de l alimentation et le directeur des sports sont charg s, chacun en ce qui le concerne, de l ex cution du pr sent arrété, qui sera publi au Journal officiel de la R publique fran aise.

Fait le 2 mai 2011.

La ministre des sports,
Pour la ministre et par d l gation :
Le directeur des sports,
B. JARRIGE

Le ministre du travail, de l emploi et de la sant ,
Pour le ministre et par d l gation :
La directrice g n rale adjointe de la sant ,
S. DELAPORTE

Le ministre de l agriculture, de l alimentation, de la p che, de la ruralit et de l am nagement du territoire,
Pour le ministre et par d l gation :
La directrice g n rale de l alimentation,
P. BRIAND

La secr taire d état aupr s du ministre du travail, de l emploi et de la sant , charg e de la sant ,
Pour la secr taire d état et par d l gation :
La directrice g n rale adjointe de la sant ,
S. DELAPORTE

Code du sport
  • Partie l gislative
    • LIVRE II : ACTEURS DU SPORT
      • TITRE IV : LUTTE CONTRE LE DOPAGE ANIMAL
        • Chapitre unique
Article L241-2
 

Il est interdit d'administrer ou d'appliquer aux animaux, au cours des comp titions et manifestations sportives organis es ou autoris es par les f d rations int ress es ou par une commission sp cialis e institu e en application de l'article L. 131-19, ou en vue d'y participer, des substances ou proc d s de nature modifier artificiellement leurs capacit s ou masquer l'emploi de substances ou proc d s ayant cette propriété.

La liste des substances ou proc d s mentionn s au pr sent article est fix e par arrété conjoint des ministres charg s des sports, de la sant et de l'agriculture.

NOTA:

Ordonnance 2006-596 du 23 mai 2006 art. 11 : Les dispositions des titres III et IV du livre II de la partie l gislative du code du sport entrent en vigueur la date d finie au I de l'article 25 de la loi n 2006-405 du 5 avril 2006. Cette date est le 1er f vrier 2006. 


Source :  Legifrance - Le service public de l'acc s au droit : https://www.legifrance.gouv.fr/

La notion de proc d interdit prend toute son importance dans notre sport. En effet, il ne s'agit plus, ou pas exclusivement, d'usage ou d'administration de substances illicites mais de l'utilisation de m thodes qui s'apparentent de la maltraitance. Les r glements sportifs ont déjà en partie, tout en les limitant dans leur localisation, reproduit ces interdictions telles que de barrer un cheval, d'utiliser une cravache impulsions lectriques, des gu tres clous, etc., en y ajoutant les violences caract ris es. Bien.

Mais combien de vétérinaires et de pr sidents de jury se posent la question de savoir si tel ou tel cheval a été n vrectomis ?
Pour ceux qui l'ignore, la n vrectomie, ou n vrotomie, est l'ablation d'une partie d'un nerf afin que l'animal ne ressente plus la douleur de fa on cens e tre d finitive... Elle est le plus souvent pratiqu e aux membres, suivant l'adage pas de pied, pas de cheval . Mais emp cher le cheval de ressentir la douleur, l'emp che galement de ressentir correctement ce qui se passe sous lui, tout simplement. D'une part, il y a le fait que le cheval va, tout comme l'homme, r agir physiquement ce manque de sensation en prenant des postures incorrectes qui vont g n rer des l sions et douleurs d'autres endroits de son anatomie, d'autre part, il devient un danger potentiel pour son cavalier. D'autant plus s'il est confront des situations extr mes telles que le saut d'obstacles !
Il y en a que a n'a pourtant pas g n s de faire monter et d'utiliser un tel cheval, en comp tition, uniquement pour le plaisir et le para tre, jusqu'au Championnat des propri taires Lamotte-Beuvron. Et personne ne les en a emp cher ! Dommage... mais c'est vrai qu'il s'agissait du cheval d'officiels de la FFE qui prodiguaient leurs conseils de fa on experte et avis e :  Surtout, tu entres au galop. Comme a on ne voit pas qu'il bo te. 


Pour tous renseignements sur la question, vous pouvez vous reporter au site de l'Agence fran aise de lutte contre le dopage (AFLD)

Fran ois

Navigation parmi les articles du dossier "L gislation"

Date de cr ation : 14/09/2011 @ 00:38
Derni re modification : 17/10/2011 @ 01:28
Cat gorie : Code du sport
Page lue 241 fois


 Imprimer l'article


R actions cet article

Personne n'a encore laiss de commentaire.
Soyez donc le premier !


l ves et Amis T4 2011
QUIT l'heure

 
Paris
QUIT orologie

Météo France


Vigilance pour le 77
Vigilance pour le 45
Vigilance pour le 91


 
Qualit de l'air

 AIRPARIF - Surveillance de la qualit   de l'air en   le-de-France
Qualit   de l'air en   le-de-FranceAIRPARIF -   chelle Citeair europ  enne


Lig'Air - Surveillance de la qualit   de l'air en r  gion Centre
Lig'Air - Surveillance de la qualit   de l'air en r  gion Centre

QUIT lire
^ Haut ^