Le mensonge et la calomnie sont plus faciles que le raisonnement.     Fran ois BAUCHER (1796-1873) - cuyer

Pr sentation
Je vous propose...
Principes universels

De Xenophon nos jours, il y a toujours eu des principes fondamentaux qui ont fait leurs preuves. Ils ont été revus, am lior s, expliqu s. POURQUOI S'EN PASSER ?

La nature a ses lois, les principes leurs r gles, et l'homme ses pr jug s. Fran ois BAUCHER (1796-1873) - cuyer

Infos pratiques
Recherche



O suis-je ?
Nous contacter
Contacter EQUIT@HOME Contacter EQUIT@HOME
Contacter le webmestre Contacter le webmestre
Flashez sur moi !

QR code

Le site sur portable

EQUIT@HOME sur votre t  l  phone portable

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Les principes - quilibre


Bookmark and Share
Navigation parmi les articles du dossier "Les principes"

L' QUILIBRE

QUILIBRE n. m.

XVIIe si cle. Emprunt du latin imp rial quilibrium,  exactitude des balances  , compos l'aide de qui-,   gal  , et libra,  balance  .


1. état d'un corps, d'un objet qui reste stable, qui ne bascule ni d'un cété ni de l'autre, qui ne tombe pas.
4. PSYCHOL.  Pond ration r sultant d'une juste proportion des penchants et des facult s.

Dictionnaire de l'Acad mie fran aise, 9e dition, tome II (1992-2000)

 

Report du poids sur les hanches

... faire attention de mettre un peu le buste en arri re quand elle arr tera son cheval ; chose si n cessaire qu'il faut toujours le faire en s'arr tant du pas, du trot, du galop ou de quelque autre allure. En faisant de la sorte, l'homme en a plus de facilit et le cheval peut mettre plus facilement les hanches sous lui en raison du report de poids que le cavalier fait par cette action sur l'arri re main ; en faisant le contraire, l'inconv nient qui en r sulterait serait que le cavalier aurait plus de difficult s arr ter son cheval court,  pencherait la t te vers l'avant et son ventre toucherait le pommeau de la selle ; et si le cheval faisait quelque saut et donnait quelques ruades, il g nerait son cavalier et le mettrait en mauvaise posture.

XVIIe s. : Antoine de PLUVINEL, L'instruction du Roy en l'exercice de monter cheval, p. 61

déjà au XVIIe si cle, il y a les notions de report du poids sur l'arri re-main et des hanches venant sous la masse. Deux cent cinquante ans plus tard, on mettra le cheval sur une balance pour mesurer la r partition el les transferts des masses en fonction de la position de l'encolure ; le g n ral L'Hotte l' voque dans Questions équestres, chapitre VIII :
 
-o-
 

R partition du poids

 Il importe la conduite du cheval, surtout pour son emploi l'ext rieur, de conna tre l'action exerc e par l'encolure et ses changements d'attitude sur la r partition du poids entre les paules et les hanches.

Voici, ce sujet, des expériences qui ont été faites au moyen de deux balances de proportion, planchers mobiles, sur l'une desquelles reposaient les pieds de devant du cheval, et, sur l'autre, ceux de derri re.

Trente-deux chevaux de conformations diverses servirent ces expériences, et la moyenne des pes es a donn les r sultats suivants :

La t te tant 45 degr s sur la verticale et plut t basse qu' lev e, le poids support par les paules l'emporte sur celui qui p se sur les hanches d'un neuvi me peu pr s du poids total du cheval. Partant de cette position de la t te, selon qu'elle est relev e ou ramen e vers le poitrail, dix kilogrammes environ sont report s des paules aux hanches ou, au contraire, des hanches aux paules. 


XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 101 & 102

La rollkur est déjà violente de part son caract re coercitif. Bien avant son apparition, le G n ral L'Hotte a d montr son inutilit et même son non-sens !
C'est croire que Questions équestres ne doit pas avoir été traduit en allemand ni en flamand. Pour les malheureux Fran ais qui utilisent cette m thode, il n'y a plus rien faire si ce n'est les emp cher de continuer leurs m faits !

-o-

L'influence du poids du cavalier

 Sans aller des limites extr mes, le cavalier peut trouver, dans la distribution de son propre poids, les moyens de contribuer la modification d' quilibre qu'il y aurait eu lieu de rechercher chez le cheval, soit pour allonger ou raccourcir ses allures, soit pour les r gulariser. 

XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 102
-o-
 
Navigation parmi les articles du dossier "Les principes"

Date de cr ation : 09/09/2010 @ 00:24
Derni re modification : 18/04/2012 @ 10:15
Cat gorie : Les principes
Page lue 803 fois


 Imprimer l'article


R actions cet article

Personne n'a encore laiss de commentaire.
Soyez donc le premier !


l ves et Amis T1 2010
QUIT l'heure

 
Paris
QUIT orologie

Météo France


Vigilance pour le 77
Vigilance pour le 45
Vigilance pour le 91


 
Qualit de l'air

 AIRPARIF - Surveillance de la qualit   de l'air en   le-de-France
Qualit   de l'air en   le-de-FranceAIRPARIF -   chelle Citeair europ  enne


Lig'Air - Surveillance de la qualit   de l'air en r  gion Centre

QUIT lire
^ Haut ^