Vous vous efforcerez de causer avec le cheval et de vous en faire couter.     Fran ois BAUCHER (1796-1873) - cuyer

Pr sentation
Je vous propose...
Principes universels

De Xenophon nos jours, il y a toujours eu des principes fondamentaux qui ont fait leurs preuves. Ils ont été revus, am lior s, expliqu s. POURQUOI S'EN PASSER ?

La nature a ses lois, les principes leurs r gles, et l'homme ses pr jug s. Fran ois BAUCHER (1796-1873) - cuyer

Infos pratiques
Recherche



O suis-je ?
Nous contacter
Contacter EQUIT@HOME Contacter EQUIT@HOME
Contacter le webmestre Contacter le webmestre
Flashez sur moi !

QR code

Le site sur portable

EQUIT@HOME sur votre t  l  phone portable

Visites

   visiteurs

   visiteur en ligne

Du cavalier - Humilit


Bookmark and Share
Navigation parmi les articles du dossier "Du cavalier"

HUMILIT ET REMISE EN QUESTION

 
 
HUMILIT n. f.

Xe si cle, humilitiet,  abaissement devant Dieu  . Emprunt du latin humilitas,  petite taille, faible l vation  , puis  modestie, abaissement devant Dieu  .

2. Sentiment publiquement reconnu de la faiblesse et de l'insuffisance de ses m rites.
Par ext. Attitude humble. Loc. En toute humilit , en cartant toute pr tention, toute vanit .

Dictionnaire de l'Acad mie fran aise, 9e dition, tome II (1992-2000)
VANIT , n. f.

Caract re de ce qui est vain, vide, inutile.
Il signifie aussi Amour-propre frivole, d sir de para tre et de se faire louer, complaisance en soi-m me.

Dictionnaire de l'Acad mie fran aise, 8e dition (1932-1935)
 


 Si en cette science, je voulais flatter Votre Majest , j'aurais la honte qu'un animal sans raison m'accuseroit de faux devant elle. 

XVIIe s. : Antoine de PLUVINEL, L'instruction du Roy en l'exercice de monter cheval, p. 3

-o-
 
LE ROI.

Quelle diff rence faites-vous d'un bel homme de cheval un bon homme de cheval ?

PLUVINEL.

Je la fais tr s grande, Sire, car encore qu'il soit bien mal-ais d' tre bon homme de cheval, sans tre bel homme cheval, n anmoins on peut tre bel homme cheval, sans tre bon homme de cheval, d'autant qu'il suffit d' tre bien plac sur le cheval depuis la t te jusques aux pieds, pour se faire dire bel homme de cheval, et celui qu'on aura vu en cette posture cheminant seulement au pas, se pourra dire beau, et s'il a assez de fermet pour souffrir un plus rude maniement en gardant sa belle posture, il acquerra toujours r putation de bel homme de cheval, quand même le cheval ne ferait rien qui vaille, quoique bien dress . Car si l'homme garde toujours sa bonne posture, on accusera plut t son cheval que lui, et n'y aura que les tr s-savants qui reconna tront d'o vient la faute, d'autant que la plupart ne peuvent pas s'imaginer  qu'un homme puisse tre ferme, et en bonne posture, sans tre bon homme de cheval. Comme aussi pour bien faire et acqu rir la perfection de la science, il faut commencer, continuer, et finir par la bonne posture du Chevalier : pour ce qu'il y a bien plus de plaisir de voir un bel homme de cheval ignorant en la science, qu'un tr s-savants de mauvaise gr ce. Mais pour tre parfaitement bon homme cheval, il faut savoir par pratique et par raison, la mani re de dresser toutes sortes de chevaux toutes sortes d'airs et de man ge, conna tre leurs forces, leurs inclinations, leurs habitudes, leurs perfections et imperfections, et leur nature enti rement, sur tout cela faire agir le jugement, pour savoir quoi le cheval peut tre propre, afin de n'entreprendre sur lui que ce qu'il pourra ex cuter de bonne gr ce ; et ayant cette connaissance, commencer, continuer, et achever le cheval avec la patience et la r solution, la douceur et la force requise, pour arriver la fin o le bon homme de cheval doit aspirer ; lesquelles qualit s se rencontrant en un homme, on le pourra v ritablement estimer bon homme de cheval.


XVIIe s. : Antoine de PLUVINEL, L'instruction du Roy en l'exercice de monter cheval, p. 7 & 8

Le para tre n'est pas une nouveaut n e du marketing du XXIe si cle ni l'apanage des cavaliers actuels, jeunes ou moins jeunes, mais ils feraient bien de m diter cette r flexion de Pluvinel.
Les derniers habits et équipements la mode n'en feront jamais des hommes de chevaux, pas plus que les pseudos nouvelles m thodes enseign es grands frais et grands renforts de publicit s et de complicit s mercantiles car, n'y ayant pris garde, ils sont devenus les esclaves consentants et d pendants d'une politique industrielle patiemment mise en place seuls buts de profits et o le sport n'est qu'un support, un leurre.
-o-

 
 ...tout ce qui peut attirer l'attention sur sa personne doit tre vit par le cavalier. C'est le cheval qui est l'ex cutant, et le cavalier n'a qu' s'efforcer de s'identifier lui. 

XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 112
-o-
 
 Et ici comme en tout, c'est le suffrage de ceux qui savent qu'il y a lieu d'ambitionner, sans quoi ce serait sacrifier de faux dieux. 

XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 156
 
-o-
 Chaque cheval, en effet, repr sente une individualit r sultant d'un moral, de conditions physiques, qui lui sont propres, et commandant par cela même, chez le cavalier, une mani re de proc der particuli re.

Que de cavaliers ont été d courag s par ces difficult s premi res qui, souvent, font trouver un chec complet ,au lendemain même d'un succ s. 

XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 171
 
-o-

 
Un jour que je disais Baucher n' tre jamais compl tement satisfait du dressage de mes chevaux, il me r pondit :  Mais il en sera toujours ainsi ; il reste toujours quelque chose d sirer. 

XIXe s. : G n ral Alexis L'HOTTE, Questions équestres, 1895, p. 174
 
-o-
 
 Il y a des gens qui, montant un cheval depuis des mois, depuis des ann es même, sont tonn s de le voir toujours au même point, raide, contract , se braquant sur la main, ne se rendant pas la jambe, ne marchant pas, etc. Comment se pourrait-il en tre autrement ? Ils ne font rien de ce qu'il faut pour faciliter le mouvement, la man uvre ; continueraient-ils monter ce cheval pendant dix ans, tant qu'ils s'y prendront de la même fa on, celui-ci ne changera pas de ligne. 

D but XXe s. : Capitaine CAUBERT, Du cheval bien m et bien mis, p. 7
 
-o-
 
     videmment, il faut se rendre compte, s'apercevoir qu'il y a quelque chose de d fectueux dans sa mani re de faire, c'est le premier point. Beaucoup sont indiff rents, se laissent aller cahin-caha, se servant du cheval comme d'un wagon, le consid rant seulement comme un moyen de transport ; ceux-l ne sont pas plaindre, puisqu'ils ne souffrent pas.
   Pour apprendre, c'est autre chose, car il y a l , le plus souvent, une question d'amour-propre surmonter et beaucoup, nous le savons tous, pr f reraient tre tax s d imb cillit plut t que d'inhabilet monter cheval.
   Eh bien ! C'est choisir, ou apprenez, ou restez dans votre ignorance; mais vous n'apprendrez, après vous tre rendu compte qu'il y a quelque chose que vous ne savez pas, que si vous demandez, ou le trouvez tout seul en regardant et en cherchant.
   Enfin, quand on vous a dit, montr , ou quand vous avez vu ou trouv , il faut encore savoir appliquer ; c'est ce que nous allons t cher de faire ensemble  .


D but XXe s. : Capitaine CAUBERT, Du cheval bien m et bien mis, p. 8
 
-o-
 
 L équitation est une cole d abn gation et d humilit . Sa pratique, si elle est bien men e, tend rendre l tre humain meilleur. 

XXe s. : Nuno OLIVEIRA, Les chevaux et leurs cavaliers, 1987, dans uvres compl tes, 2006, p. 272
 
-o-
 
 

 

Navigation parmi les articles du dossier "Du cavalier"

Date de cr ation : 10/08/2010 @ 22:33
Derni re modification : 13/12/2011 @ 21:28
Cat gorie : Du cavalier
Page lue 731 fois


 Imprimer l'article


R actions cet article

Personne n'a encore laiss de commentaire.
Soyez donc le premier !


l ves et Amis T4 2009
QUIT l'heure

 
Paris
QUIT orologie

Météo France


Vigilance pour le 77
Vigilance pour le 45
Vigilance pour le 91


 
Qualit de l'air

 AIRPARIF - Surveillance de la qualit   de l'air en   le-de-France



Lig'Air - Surveillance de la qualit   de l'air en r  gion Centre

QUIT lire

^ Haut ^